Pour une prise en compte du rôle caché de la consommation dans notre impact climatique

À l’occasion de la Conférence des Nations-Unies sur les changements climatiques qui se tiendra à Paris en décembre 2015, les pays de l’ONU discuteront de leur performance et de leurs engagements sur le sujet.

Mais un sujet restera tabou dans les négociations officielles : depuis le protocole de Kyoto, les émissions de CO2 d’un pays sont calculées sur la base de ce qui est produit dans le pays… et pas de ce qui y est consommé !

Cela permet aux pays occidentaux d’afficher des émissions inférieures à la réalité (en France, les « omissions de CO2 » représentent 41% des émissions totales), de rejeter le blâme sur d’autres pays comme la Chine (dont une bonne partie des émissions sont liées à des produits que nous consommons) et surtout de ne pas poser la question de l’évolution de nos modes de vie.

Or comme le disait Bergson, « un problème bien posé est à moitié résolu » : il y a donc urgence à prendre en compte ces « omissions de CO2 », pour élaborer les stratégies les plus pertinentes et réduire effectivement nos émissions globales. C’est l’objectif de cette initiative que de sensibiliser les Français et d’alerter nos élus sur cette question, avec une campagne et une pétition qui sera remise en septembre à François Hollande.

Une initiative de mes courses pour la planète